Le Mag Digital des entrepreneurs

Quels sont les différents types de management ?

Le rôle du manager est de diriger les employés de l’entreprise. Lorsqu’on parle de management, on parle surtout de tenir compte des besoins des équipes, de considérer le rapport entre l’offre et la demande et de respecter la règlementation du travail ainsi que les droits des salariés. Quel que soit le type de management, il est m de savoir recruter, former, motiver, diriger et récompenser les salariés. Zoom sur les différents styles de management !

Les 4 styles de management

On distingue 4 types de management. Il y a le management autoritaire, également appelé directif, le management persuasif, le management délégatif, également appelé consultatif et le management participatif. Ces styles de management ont été définis par Rensis Likert à la fin des années 60. Ce psychologue américain et professeur de psychologie industrielle de l’Université de Chicago s’est basé sur des enquêtes de terrain pour cerner les attentes et les valeurs personnelles des salariés.

Le management autoritaire ou directif

Le management autoritaire, appelé directif, s’appuie sur une structure et des consignes strictes. Il s’agit là d’un management qui limite l’autonomie et qui se concentre sur l’efficacité brute des collaborateurs. Pour faire du management directif, il faut se focaliser sur la méthode et sur les résultats. Son principe repose sur quelques procédures bien spécifiques, sur la sanction et sur la récompense.

Il faut savoir qu’en adoptant ce style de management, le dirigeant ou le manager limite la confiance avec ses collaborateurs. C’est d’ailleurs pour cela que les problèmes relationnels et le mal-être au travail sont souvent liés au management autoritaire. Même si ce style de management permet d’obtenir des résultats rapides et efficaces, il n’arrive pas à motiver les collaborateurs. En somme, c’est un management qui programme, planifie et indique les procédures tout en surveillant et en contrôlant.

Le management persuasif

Le management persuasif est très organisationnel et relationnel. Contrairement au management directif, celui-ci est à l’écoute des collaborateurs et ne cherche pas systématiquement à imposer des comportements. Le manager persuasif parle et argumente beaucoup. Son objectif est d’influence et non pas d’imposer. Pour apporter fédérer et encourager les salariés, ce manager donne de nombreuses explications et valorise les résultats positifs.

On reconnait le manager persuasif par sa capacité à donner de la légitimité aux objectifs et à être attentif aux indicateurs de motivation et de démotivation. Ce style de management permet de créer un sentiment d’appartenance à un groupe, voire à une équipe soudée. Toutefois, il faut savoir que c’est un système qui laisse le pouvoir décisionnel au manager et qui est donc peu ouvert sur l’extérieur.

Le management délégatif ou consultatif

Le management délégatif, également appelé management consultatif, est centré sur le résultat. L’implication du manager est réduite et tout est joué sur la participation des collaborateurs. Le manager délégatif consulte ses équipes avant de prendre une décision. Chaque même de l’équipe est impliqué et participe activement. Avant de mettre en place une action, le manager tient compte des idées et des suggestions de ses collaborateurs. La responsabilité est ainsi partagée.

Le principal avantage de ce type de management est qu’il permet une responsabilisation et une implication des collaborateurs. L’ambiance de travail est bonne et les méthodes définies donnent généralement de très bons résultats. Comme inconvénient, on note qu’il peut y avoir un manque de structures, ce qui peut dériver sur le management bon copain.

Le management participatif

Le dernier style de management est le management participatif. Celui-ci est centré sur le relationnel avec implication moindre du manager. On parle d’un management d’ouverture qui repose sur la construction d’une relation de confiance entre le manager et ses collaborateurs. Ces derniers peuvent laisser exprimer leur créativité et peuvent partager leurs idées. Via ce style de management, le manager s’intègre à l’équipe, la responsabilise et l’encadre. En effet, son rôle n’est pas de diriger, mais plutôt d’encadrer.

Le management participatif a l’avantage de motiver les collaborateurs, car il les invite à participer. Cependant, pour arriver à mettre en place en tel management, il faut avoir un réel engagement, une grande capacité d’autonomie et une bonne dose de créativité de la part de chaque collaborateur. Si les managers ne sont pas suffisamment formés à ce mode de management, il peut y avoir des risques de désorganisation.

Les rôles clés du manager

Un bon manager est un manager qui a plusieurs rôles clés. Il doit savoir anticiper les risques, les tendances et les opportunités. Il doit aussi décider et faire des choix stratégiques ou tactiques. Son rôle consiste également à organiser les ressources, les projets, les normes et les priorités, mais aussi à animer les ressources humaines via le recrutement, la formation, le coaching, l’évaluation, l’encadrement et la collaboration.

Les autres rôles du manager sont de communiquer et de résoudre les problèmes, les tensions, les conflits et les écarts. Dans le cadre du management de son entreprise, le manager doit aussi créer une dynamique via différents leviers comme le changement, la qualité et l’innovation. Enfin, rappelons que la fonction qui fédère toutes les autres est le pilotage, c’est-à-dire la supervision, la maîtrise et la direction.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *